Guide des bonnes pratiques relatives à l'indexation des contenus musicaux à l'aide de métadonnées

À propos

Bienvenue sur MétaMusique, un guide visant à accompagner les ayants droit de la chaîne de valeur musicale dans l’indexation de leurs contenus à l’aide de métadonnées. Il présente la marche à suivre ainsi que les bonnes pratiques à respecter, établissant notamment un modèle commun de métadonnées à indexer pour tout contenu musical.

Un ouvrage de référence, à consulter de façon complémentaire, présente quant à lui les définitions des champs de métadonnées inclus dans MétaMusique et donne des instructions précises quant à la façon d’inscrire les informations.

Parmi les champs de métadonnées inclus dans MétaMusique, certains sont identifiés comme étant obligatoires (*). Cela signifie qu’ils sont nécessaires pour permettre à l’ensemble des ayants droit de percevoir les redevances découlant de l’utilisation de leur musique. D’autres sont identifiés comme étant recommandés. Enfin, certains champs sont utiles uniquement à un type d’intervenant: ce sont des champs dits spécifiques ou encore, propriétaires.

Obligatoires, recommandés, spécifiques : peu importe leur statut, les champs de métadonnées inclus dans ce guide sont tous essentiels pour activer la découvrabilité de votre musique.

Ce guide ayant été construit pour accompagner les créateurs et producteurs de contenus musicaux d’ici, on remarquera que les sociétés de gestion et organismes auxquels nous faisons référence sont locaux.

Actuellement, au Québec, les pratiques en matière d’indexation des contenus musicaux à l’aide de métadonnées sont très variables. Trop souvent, des oeuvres ou des enregistrements sonores sont mal indexés. Résultat : le travail des sociétés de gestion, chargées de verser aux ayants droit les redevances qui leur reviennent, est alourdi et ralenti, sans compter que la découvrabilité de ces contenus est considérablement amoindrie.

Adopter des pratiques en matière d’indexation des contenus à l’aide de métadonnées complètes et normées est nécessaire pour assurer l’existence d’un contenu numérique. C’est l’étape préalable à toute stratégie de commercialisation.

Plus encore, l’adoption de bonnes pratiques en matière d’indexation des contenus musicaux distinguera un contenu professionnel d’un contenu amateur.

Ce guide est né de la volonté du milieu québécois de la musique de se doter d’un outil collectif professionnel afin d’améliorer la qualité des métadonnées qui décrivent les contenus musicaux d’ici. Pour activer la découvrabilité de l’ensemble de notre patrimoine musical !

Produire des métadonnées complètes et normées conformément à la procédure proposée par MétaMusique est essentiel pour atteindre deux objectifs cruciaux:

  • permettre à tous les ayants droit liés à un projet musical de toucher les redevances qui leur reviennent;
  • activer la découvrabilité de votre musique sur les plateformes numériques et traditionnelles.

Consulter la marche à suivre

Pour faciliter la consultation des renseignements contenus dans MétaMusique, l’information est organisée à la manière d’une ligne temporelle. Cette dernière présente une chronologie relativement standardisée des étapes de création, de production et de commercialisation d’un enregistrement sonore, afin d’y relier les actions à poser en matière d’indexation des contenus à l’aide de métadonnées.

Consulter la marche à suivre

Consulter le référentiel

L’ouvrage de référence, qui définit les champs de MétaMusique, précise leur utilisation et comment saisir les informations, est complémentaire à l’utilisation de la marche à suivre et est disponible pour téléchargement.

Consulter le référentiel

Métadonnées 101

Qu’est-ce qu’une métadonnée ?

Pour l’exprimer simplement, une métadonnée est une donnée servant à documenter ou décrire un contenu numérisé. Pensons, par exemple, à la date d’une session d’enregistrement, au titre d’une oeuvre ou au nom d’un réalisateur.

Les métadonnées ne sont pas apparues avec le numérique : les champs colligés par MétaMusique se retrouvaient autrefois dans nos bonnes vieilles pochettes d’albums ! La différence entre les crédits imprimés sur une pochette d’album et une métadonnée est que cette dernière pourra aussi être lue par un ordinateur.

Qui doit indexer les contenus à l’aide de métadonnées ?

Tous les contributeurs impliqués dans une oeuvre (auteur, compositeur, éditeur) ou dans un enregistrement sonore (artistes interprètes, musiciens, producteurs, arrangeurs, etc.) partagent la responsabilité d’indexer les contenus à l’aide de métadonnées.

Certains champs peuvent être indexés ou modifiés sans requérir d’autorisation spéciale, alors que d’autres peuvent être uniquement saisis par le contributeur détenant l’autorité pour le faire.

À partir de quand un contenu musical doit-il être indexé à l’aide de métadonnées ?

Dès qu’une oeuvre est créée, il devient pertinent pour son auteur ou son compositeur de la documenter. Par exemple, le parolier devrait saisir son texte avec un logiciel de traitement de texte.

Puis, lors de l’enregistrement (par exemple, en studio), le personnel technique doit saisir des métadonnées.

Enfin, après l’enregistrement, les responsables de l’exploitation ont aussi des responsabilités d’indexation.

Important : si l’enregistrement sonore est transmis aux plateformes avant que le travail d’indexation ne soit complété, il sera trop tard pour revenir en arrière.

Qui utilise les métadonnées ?

Les métadonnées sont utilisées par l’ensemble des services de musique, qu’ils soient traditionnels ou numériques. Ainsi, les radio commerciales, la télévision, des services comme Stingray Musique, SiriusXM, Apple Music, Spotify, YouTube, ou encore, les moteurs de recherche y recourent.

Elles sont aussi requises par certains intermédiaires de la chaîne de commercialisation de la musique, comme les distributeurs.

Enfin, les sociétés de gestion en ont besoin pour rétribuer les ayants droit. Pour ce faire, elles auront notamment recours à des identifiants uniques (tel le ISRC, par exemple).

Métadonnées communes (obligatoires et recommandées) et métadonnées spécifiques: définitions

MétaMusique présente l’ensemble des métadonnées communes à tous les utilisateurs (services de musique, distributeurs, etc.).

Les champs de ces métadonnées communes sont accompagnés du symbole (*) pour obligatoires, aucune mention pour les recommandées ou (S) pour spécifiques.

À retenir : malgré cette distinction, toutes les métadonnées recensées par MétaMusique sont très importantes.

Obligatoires (*):

Ces métadonnées sont nécessaires à l’exploitation d’une oeuvre et d’un enregistrement sonore. Elles sont essentielles pour permettre aux ayants droit de toucher les redevances découlant de leur utilisation.

Recommandées :

Ces métadonnées sont nécessaires pour activer la découvrabilité des œuvres et enregistrements sonores.

Spécifiques (S):

Il existe finalement des données spécifiques à un destinataire, utilisateur ou société de gestion, nécessaires à l'exploitation du contenu ou la conduite de ses opérations.

Des “bonnes pratiques” en matière de métadonnées: qu’est-ce que c’est ?

L’existence d’un contenu musical et son intégrité reposent sur des métadonnées complètes et normées : des métadonnées de qualité professionnelle. À cette fin, MétaMusique présente un modèle commun.

Concrètement, adopter des bonnes pratiques en matière d’indexation des contenus exige notamment :

  • de documenter les contenus musicaux tout au long de la chaîne, de la création à l’exploitation;
  • de démontrer une grande rigueur ainsi que de faire preuve d’exactitude orthographique dans l’inscription des métadonnées;
  • de fournir des métadonnées adaptées aux besoins des différents intermédiaires, se situant parfois au-delà du modèle commun proposé par MétaMusique;
  • que tous les contributeurs liés à un contenu musical se responsabilisent quant à son indexation.

Qu’entend-on par découvrabilité des contenus ?

Selon l’Observatoire de la Culture et des Communications du Québec (OCCQ), la découvrabilité, c’est la capacité, pour un contenu culturel, à se laisser découvrir aisément par le consommateur qui le cherche et à se faire proposer au consommateur qui n’en connaissait pas l’existence.

Le lien avec les métadonnées ? Ce sont elles qui sont lues par les outils permettant la découverte (ordinateurs, moteurs de recherche, algorithmes, haut-parleurs intelligents, etc.).

Équipe et remerciements

Ce guide a été réalisé grâce à la contribution d’un ensemble de représentants du milieu de l’enregistrement sonore.

MétaMusique a bénéficié de la participation financière du gouvernement du Québec, par le biais du Plan d’action pour la musique 2017-2019 du ministère de la Culture et des Communications. Ce projet s’inscrit dans le contexte de la mise en œuvre d'une mesure du Plan culturel numérique du Québec.

http://culturenumerique.mcc.gouv.qc.ca/

La réalisation de ce projet n’aurait pas été possible sans l’apport inestimable de deux collaborateurs :

  • Jacynthe Plamondon-Émond, InTempo Musique, coordonnatrice du projet et rédactrice;
  • Jean-Robert Bisaillon, Iconoclaste, consultant en recherche et rédacteur.

Pour la révision du guide, Marie-Julie Desrochers, ADISQ.

La direction a été assurée par Thomas Jolicoeur et Lyette Bouchard de la Soproq.

Conception du site web : MamboMambo.

Merci pour leur participation active aux travaux:

  • Solange Drouin, Annie Provencher et Philippe Leblanc, ADISQ
  • Jean-François Denis et Jérôme Payette, APEM
  • Annie Morin, Ali Mafi et Julien Gagnon, ARTISTI
  • Luc Fortin et Éric Lefebvre, GMMQ
  • Stéphanie Grimard et Hubert Léveillé Gauvin, Soproq
  • Eric Baptiste, Geneviève Côté, Janice Scott,Terry Boissonneault, Joël Martin, SOCAN
  • Alain Lauzon, SODRAC
  • Marie-Josée Dupré, SPACQ
  • Pierre Blanchet et Gilbert Bélanger, UDA

Merci également à

  • Patrick Binette, Stingray
  • Dorothée Parent-Roy, Distribution SELECT
  • Georges Tremblay, Believe Digital
  • Martin Tremblay, Jean-Pascal Lemelin, Emmanuel Villarson, Bell Media,
  • Francine Touchette et Marie-Pierre Brunelle, Société Radio-Canada
  • Jean-Philippe Villemure, Technicien mastering
  • Maureen Clapperton, Héléna Beaupré, Danielle Poirier, Mireille Laforce, BAnQ
  • Clément Laberge, Consultant
  • Johanne Lafontaine, Denis Bouchard, Caroline Poirier, CRTC
  • Marie-Pier Pilote, Manuel Bouchard, RIDEAU

À chaque étape, de la création à l'exploitation, des métadonnées doivent être saisies et transmises

Activez la découvrabilité de vos contenus musicaux